LES FESTIVALS DE MUSIQUE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

L’été est synonyme de vacances, plage, mojito et aussi et surtout de festivals de musique ! Il y en a pour tous les goûts : rock, électro, pop… à la plage, à la campagne, en montagne, en ville…

Pour certains, cela reste une sortie culturelle comme une autre pour s’amuser et faire quelque chose de leur temps libre, pour d’autres, il s’agit chaque année de rendez-vous immanquables. Au point d’attendre avec impatience le jour où le programme sera enfin dévoilé. Et désormais, c’est via les réseaux sociaux que les organisateurs font patienter les fans, distillent les infos et diffusent l’ambiance du festival pour le plus grand plaisir des spectateurs et des absents.

Il y a les « gros » festivals, ceux qui sont sur toutes les lèvres et auxquelles il faut être (et se montrer pour certains…), et puis, il y a des festivals plus intimes, plus anonymes mais qui ne déméritent pas pour autant.

On va s’intéresser de plus près à la stratégie social média des festivals de musique ! 🎉

Festivals de musique d’été en chiffres

Une étude réalisée par le Centre National de la chanson des Variétés (CNV) et l’Irma (Centre d’Informations et de ressources pour les musiques actuelles), révèle que 815 festivals de musique ont été organisés l’été 2014.

Les festivals de musique représentent donc une richesse culturelle et une source de dynamisme économique pour les villes organisatrices. En effet, en 2014, plus de 2,7 millions de festivaliers se sont déplacés à la rencontre des artistes. Il est donc primordial d’assurer une bonne com, pendant et après un festival afin d’en faire sa promotion, et ainsi attirer de nouveaux spectateurs, mais également pour fidéliser les habitués. Et les festivals de musique d’été l’ont bien compris en assurant leur présence sur les principaux réseaux sociaux :

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.35.24.png

Source: http://www.socialband.fr/les-festivals-de-musique-et-les-reseaux-sociaux-en-2016/ 

C’est le Hellfest qui a la plus grosse (communauté) sur Facebook et Instagram. Ce taux d’engagement peut notamment s’expliquer par la publication régulière de vidéos (correspondant à plus de 20% de leurs posts). Sûrement parce que l’algorithme de Facebook favorise la portée des vidéos depuis un certain temps.

Pour autant, à l’heure où la vidéo est le média le plus regardé et le plus engageant , il est étrange que le Hellfest n’ait pas investie dans une chaîne Youtube. Peut être parce que les organisateurs souhaitent susciter un désir et dévoiler l’ambiance uniquement à travers des photos, ou à cause d’une histoire de droit à l’image avec les artistes et les boites de production.

Du côté d’Instagram, « Hellfest » se démarque largement avec 46,7K followers, suivi de loin par « MainSquare » avec 18,1K.

L’annonce de la programmation

Il y a ceux qui commencent à annoncer leur programmation très très à l’avance, comme l’Arenal Sound Festival, en Espagne. Un post toutes les X semaines correspond à un artiste, et des petites pistes sont lancées quelques jours avant concernant la révélation suivante, pour créer le buzz et laisser les gens deviner si leur artiste préféré pourrait venir ou non. Cette stratégie marche énormément, puisque le festival a fait sold-out plus de 7 mois à l’avance cette année.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 13.56.17.png

Une autre stratégie menée par ce festival espagnol chaque année est de mettre en place un concours pour gagner des pass backstage, un voyage en jet privé jusqu’au festival, et beaucoup d’autres récompenses. Pour gagner il faut acheter sa place pendant les premières 24h depuis le lancement officiel des tickets.

Rock en Seine lui, il tease afin de préparer les fans à l’annonce et en les invitant à rejoindre l’event :

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.09.53.png

Et puis, il y a les autres, comme les Francos qui annoncent la programmation deux mois avant. Mais là où les Francofolies se démarquent c’est que ce sont les artistes eux-mêmes qui s’annoncent en vidéo.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.10.47.png

Une bonne façon de créer de la proximité entre les festivaliers et les artistes invités qui s’adressent directement à eux. Et également, de créer plus d’engagement sur la page fan.

Sinon, le Hell Fest qui, en toute simplicité, dévoile les têtes d’affiches de sa programmation par un changement de couverture. Simple.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.11.28.png

Enfin, pour faire patienter encore un peu les spectateurs, certains festivals n’hésitent pas à montrer la préparation du terrain et de la scène.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.12.07.png

 La mise en avant des artistes

Sans surprise – et en toute logique – le contenu diffusé sur les réseaux sociaux concerne surtout la programmation de l’année à travers la promotion des artistes se produisant sur le festival.

Tout comme les artistes eux mêmes, les festivals de musique ont eux aussi intérêt à diffuser les clips et chansons des artistes venant se produire. Idéal pour satisfaire les fans de l’artiste en question, le top pour faire découvrir celui-ci aux autres.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.14.42.png

 Les réseaux sociaux restent actifs pendant le festival

Aujourd’hui, grâce aux réseaux sociaux, on a la chance de pouvoir être imprégné de l’univers musical des festivals, qu’on soit là ou pas.

C’est par exemple le Festival des Eurockéennes de Belfort ou encore le Main Square, qui plusieurs fois par jour durant le festival, et en direct, proposent  des photos des concerts du jour.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.15.40.png

Pour le plus grand plaisir des absents (ou pas!), cette année, le Main Square a dépêché un chroniqueur allant à la rencontre des festivaliers et des artistes pour recueillir leurs impressions. L’idée étant de faire découvrir aux gens le décors et l’ambiance du festival à travers des mini reportages vidéo :

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.16.43.png

Les festivals et le digital

Et puis au-delà de la communication « basique » sur les réseaux sociaux, les festivals de musique sont de plus en plus nombreux à se « digitaliser » à travers :

· LES APPS:Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.17.41.png

· SYSTÈMES DE PAIEMENT ÉLECTRONIQUE:

Qui dit festival, dit : bière, bière et merchandising. Et pour se faire plaisir, il faut bien avoir un peu d’argent sur soi. Comme tout festivalier qui se respecte, l’idéal quand on va à un concert c’est d’y aller sans sac (un problème pour les filles).

Certains festivals, associés à des startups spécialisées dans les paiements électroniques, proposent des systèmes de cartes électroniques. C’est le cas du Hell Fest et de la société PayinTech qui proposaient une carte de paiement sans contact « cashless » pour remplacer les non moins célèbres jetons pour payer ses bières.

· DES BRACELETS CONNECTÉS:

Coachella (ainsi que SXSW et Tomorrowland) a inauguré en 2014 l’utilisation des bracelets connectés  en substituts des cartes de crédit (plus d’erreurs d’encaissement, moins de circulation d’espèces) et de billets d’entrée.

Cette année, Rock En Seine et les Eurockéennes (et d’autres!) se sont associés à Spotify pour proposer aux festivaliers un bracelet connecté à leurs comptes Spotify. Ainsi, la playlist du festival est directement envoyée et chargée pour revivre les concerts. De plus, ce système permet d’accéder à du contenu inédit si le festivalier se rend au stand Spotify dédié. Une belle opération de Push Marketing.

Dans l’univers des bracelets connectés, de nombreuses applications sont désormais possibles : visualisation de l’activité de la foule comme au festival South by Southwest (où les danseurs les plus actifs gagnent des récompenses), leur consommation de boisson, leurs heures d’arrivée etc… tout un  ensemble de data, qui si elles sont bien analysées, sont susceptibles d’aider les organisateurs à ajuster certaines actions (logistiques et marketing) pour les prochaines éditions.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.20.51.png

Et après?

Quand vient la fin d’un festival, ce sont remerciements et félicitations sur les réseaux sociaux en se disant « à l’année prochaine ». Mais comment faire pour conserver l’engagement sur les plateformes sociales et garder le lien qui uni les festivaliers aux festivals?

Tout simplement, en poursuivant la publication de contenus (à une fréquence moindre) tout au long de l’année.

C’est par exemple, des vidéos montrant des extraits de concerts, mais surtout des photos souvenirs des concerts et des festivaliers.

Captura de pantalla 2018-04-11 a las 14.21.50.png


 

sources:

 http://www.socialband.fr/les-festivals-de-musique-et-les-reseaux-sociaux-en-2016/

page instagram @arenal_sound

page facebook « Hellfest Open Air Festival »

page facebook « Les Francofolies de la Rochelle »

page facebook « Main Square Festival »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s